Quelques caractéristiques d’un LVDT

La précision d’un capteur se décompose en différents termes d’erreur. Les principaux termes d’erreur pour un LVDT sont :

L’écart de linéarité
Cet écart, exprimé en % de la course totale, représente l’écart maximum entre une droite de régression linéaire et les points de mesures. L’erreur absolue est proportionnelle à la course. L’utilisation des LVDT est habituellement limitée à 500mm.

L’écart de sensibilité
Ce terme est l’écart entre la sensibilité théorique et la valeur vraie déterminée par régression linéaire (Meggitt (Sensorex) utilise habituellement la méthode de la meilleure droite).
Pour s’affranchir de la tension d’alimentation, la sensibilité est exprimée en mVeff/ Veff/ mm.
L’électronique associée au capteur et permettant d’ajuster le gain, ce terme d’erreur est généralement négligé par l’utilisateur.

La dérive thermique
L’expérience montre que la sensibilité thermique du zéro est négligeable et que seule la dérive de sensibilité est à prendre en compte. Pour les produits standards, la dérive thermique est mesurée à 80% de la course et s’exprime en ppm/°C (1ppm=1.10-6).

La stabilité à la fréquence d’alimentation
Les caractéristiques du LVDT sont données à température ambiante (23°C) et pour une fréquence d’excitation et un niveau donné (3500Hz et 2.2Veff chez Meggitt (Sensorex)).
Les capteurs peuvent être utilisés à d’autres fréquences. Il existe cependant des limites au-delà desquelles il se produit une dégradation de la linéarité.
Ces limites dépendent du LVDT considéré mais, en général, les LVDT Meggitt (Sensorex) sont utilisables sur une plage de fréquence s’étendant de 1.5kHz à 20kHz.

La sensibilité aux champs magnétiques
La technologie utilisée par Meggitt (Sensorex) permet de négliger complètement l’influence des champs magnétiques externes.

Le déphasage entre tensions primaires et secondaires
Un déphasage de quelques degrés est observé entre les tensions primaires et secondaires.
Ce défaut est intégré dans les caractéristiques de linéarité, de sensibilité et de dérive.

La bande passante
Sa limitation (quelques centaines de Hz) est généralement du fait de l’électronique de traitement, de la fréquence d’excitation et non du capteur proprement dit.

Meggitt (Sensorex) vous propose également des LVDT pouvant être exploités en mode différence/ somme (mesure= V1-V2/V1+V2).
Ce type de traitement permet de minimiser l’influence de l’environnement (température, alimentation…)